Rechercher
  • Laurence Bernard

Trésors chinois




Dans la suite de mes conférences sur les spoliations d'oeuvres d'art en temps de guerre, après les campagnes napoléoniennes et les razzias du régime nazi, je me replonge dans le Sac du Palais d'Eté de Pékin en 1860. "Deux bandits" selon Victor Hugo, se partagent alors un butin de guerre inestimable. Pilleurs et profiteurs de guerre se ruent dans la brêche ouverte par les armées anglaises et françaises et le Palais impérial est vidé de ses trésors. Ce qui n'est pas emporté est livré aux flammes.

Ces pièces rapportées en Europe ("Ce n'est plus une armée qui rentra en France, mais un bazar chinois") ont été vendues aux enchères, certaines attendent encore au fond d'une malle de refaire surface pour alimenter les débats sur le patrimoine spolié et les restitutions éventuelles. Un sujet sensible à l'heure où le nationalisme chinois reprend vigueur.


Bernard Brizay, Le Sac du Palais d'Eté, Editions du Rocher, 2003; 2009

14 vues

Numéro d'entreprise BE872-979-709

©2020 par Laurence Bernard